Derniers sujets
» Les séries en images
ARTE I_icon14Dim 20 Oct - 21:16 par Virgo No Shaka

» Brice de Nice
ARTE I_icon14Dim 20 Oct - 11:30 par Amaryllis

» Steamboy
ARTE I_icon14Sam 19 Oct - 20:18 par Trunks/ScofieldMontana

» Pour parler de tout et de rien !
ARTE I_icon14Sam 19 Oct - 16:59 par Amaryllis

» Qui est-ce qui ? Personnages de séries TV
ARTE I_icon14Sam 19 Oct - 16:57 par Amaryllis

» Joyeux anniversaire Gnomos !
ARTE I_icon14Jeu 17 Oct - 18:55 par Eoliaa

» Le jeu du Schtroumpf Grognon
ARTE I_icon14Dim 13 Oct - 13:19 par Trunks/ScofieldMontana

» Toy Story
ARTE I_icon14Ven 11 Oct - 22:35 par Virgo No Shaka

» Le Roi Lion
ARTE I_icon14Ven 11 Oct - 18:58 par Trunks/ScofieldMontana

ARTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ARTE Empty ARTE

Message par Amaryllis le Dim 14 Oct - 10:01

ARTE

ARTE Arte-311

Auteur: Kai Ohkubo
Éditeur : Komikku Editions
Genre : Seinen
Nombre de tomes
: 5 (en cours)


Résumé

Florence, début du XVIe siècle.
Dans ce berceau de la Renaissance, qui vit l’art s’épanouir dans toute sa splendeur, une jeune aristocrate prénommée Arte rêve de devenir artiste peintre et aspire à entrer en apprentissage dans un des nombreux ateliers de la ville…
Hélas ! Cette époque de foisonnement culturel était aussi celle de la misogynie, et il n’était pas concevable qu’une jeune femme ambitionne de vivre de son art et de son travail. Les nombreux obstacles qui se dresseront sur le chemin d’Arte auront-ils raison de la folle énergie de cette aristo déjantée ?



Avis.

ce manga est un vrai coup de cœur pour moi ... déjà il se passe dans l’Italie de la Renaissance, et l'histoire est intéressante et met en avant la condition des femmes de cette époque destinées à se marier mais dans cette société Arte prend son destin en main et arrive à se faire embaucher comme apprentie chez un peintre . Elle doit faire face aux médisances dues à son statut de femme.
L'édition est soignée ! et les couvertures magnifiques comme vous pouvez le voir.


Analyse de l'oeuvre

Depuis quelques années, les mangas à connotation historique ont la côte, et les éditions Komikku ne sont pas les dernières à s'y essayer. Après Le Chef de Nobunaga et Eureka, de l’œuvre l'éditeur nous propose de découvrir Arte, première série de Kei Ohkubo, une auteure qui a débuté sa carrière en 2011 avec des récits courts. Débuté en 2013, Arte dénote légèrement parmi les autres œuvres de son magazine de prépublication, le Comic Zenon, que l'on connaît surtout en France pour les œuvres de Tetsuo Hara ou de Tsukasa Hojo et leurs dérivés.

La série, qui compte pour l'instant six tomes au Japon, a pour point commun avec le très rigoureux récit historique Cesare de Fuyumi Soryo de nous plonger en pleine Italie de la Renaissance, et plus précisément dans la ville de Florence, où nous découvrons Arte (comme vous vous en doutez, "Art" en italien), jeune aristocrate de 16 ans qui, à une époque où il était inimaginable qu'une femme vive de son art et de son travail, va bousculer la bienséance en faisant tout pour devenir artiste-peintre !

Kei Ohkubo nous dépeint alors une ville de Florence dont l'on ressent réellement le foisonnement culturel, mais aussi les spécificités du cadre de vie. A travers le parcours d'Arte pour se faire une place artistique, la mangaka nous fait profiter de nombreux détails de tous types.
Au fil de ses tentatives infructueuses de se faire engager auprès d'artistes peintres la repoussant uniquement parce qu'elle est une femme, Arte finira par tomber sur Leo, qui deviendra son maître, au départ bien malgré lui. A partir de là, la nouvelle vie de la jeune fille nous permettra de profiter de nombreuses informations, sur le quotidien de l'époque (le marché, le carnaval, l'élaboration du pain, l'hérésie de la dissection qui était interdite par l'Eglise, le rôle des courtisanes ou des mécènes...), mais aussi sur le contexte et le fonctionnement artistiques de cette période où les grands maîtres rivalisaient de génie. Ainsi en apprend-on plus, par exemple, sur la technique de peinture à la tempera, ou sur les relations maître/disciple passant par plusieurs étapes. D'abord le travail d'apprenti où, pendant 3 ans, il s'agit de tâches peu artistiques comme préparer le matériel du maître, faire le ménage dans l'atelier... Etape au bout de laquelle l'apprenti devient assistant pendant 3 nouvelles années. Dans cette étape, la participation à la création artistique est plus claire : certains assistants dessinent des paysages, d'autres des accessoires pour les toiles de leur maître... voire créent leurs propres œuvres sous la supervision de leur maître. Et au bout de toutes ces étapes, on peut enfin être considéré comme artiste peintre. Un schéma qui peut rappeler le travail d'assistant de mangaka, comme le souligne d'ailleurs Kei Ohkubo dans sa postface. En tout cas, on vous laisse découvrir comment Arte franchira ces étapes.
Et évidemment, on découvre aussi la condition de femme de l'époque, où la principale préoccupation, parfaitement véhiculée par la mère aimante, mais rigide d'Arte, était de plaire aux hommes pour pouvoir faire un bon mariage. L'importance des dots, le déséquilibre entre les enseignements donnés aux hommes et aux femmes (ces dernières étaient cantonnées à des choses spécifiques : broderie, couture, dentelle, bases du calcul et de la lecture, équitation, musique, etc)... sont évoqués avec clarté, tout comme les rares choix de vie qui étaient proposés aux femmes à l'époque. Celles-ci ne souhaitaient pas se marier ou ne plaisaient pas à ces messieurs ? Il ne leur restait plus qu'à entrer dans les ordres, ou, comme Véronica la courtisane, à emprunter une voie moins sûre où le soutien masculin pouvait se briser à tout moment. Mais Arte, elle, ne manquera pas de bousculer cette hiérarchie trop rigide !

Et c'est bien cette héroïne qui fait l'essentiel de ce premier tome.
Malgré un contexte historique qui se veut assez riche et plutôt exact, ce manga ne s'inscrit pas dans la même veine rigoureusement historique que Cesare, et il y a d'ailleurs quelques imprécisions qui, de ce fait, ne sont pas très graves. On ne garde pas vraiment dans l'Histoire d'exemple de femme s'étant rebellée à ce point contre le déséquilibre homme/femme de l'époque, et cette jeune fille qu'est Arte est évidemment une figure inventée par la mangaka, comme les autres personnages, malgré quelques petits clins d’œil (Léo est sûrement un clin d’œil à De Vinci, tout comme l'est certainement Angelo Parker envers Michel-Ange).
Sur des bases historiques globalement très convaincantes, Kei Ohkubo invente donc une uchronie où l'on suit avec un plaisir fou le parcours tout aussi fou de cette jeune héroïne voulant vivre par ses propres moyens. Energique, spontanée, déterminée dans l'objectif qu'elle s'est fixée, Arte dégage une sorte de rage envers cette forme de "caste des sexes", rage qui se mêle parfaitement à un côté passionné intact qui se ressent à chaque instant. On adore suivre cette jeune fille encore un peu fragile (elle n'a que 16 ans, était jusque là une aristocrate, et a donc beaucoup de choses à découvrir, que ce soit sur la rudesse de sa nouvelle vie ou sur certains sentiments naissants), mais se voulant forte, et qui, contrairement à ces nombreuses femmes au regard éteint, a dans les yeux cette étincelle témoignant de sa volonté et de sa passion/son plaisir dans le dessin. Dans son caractère déterminé, elle sait aussi nous amuser et nous attendrir, par exemple quand elle se retient de pleurer de joie sous prétexte que les hommes ne pleurent pas (ce qui ne manque pas d'amuser intérieurement Léo).
Léo, d'ailleurs, reste lui aussi un personnage très plaisant, dont l'on découvre très vite certaines facettes derrière son côté bourru. Entre autres, son passé miséreux, sa propre volonté qu'il a dû montrer pour devenir artiste, et sa manière de considérer Arte. Et les protagonistes secondaires ne sont pas en reste : la courtisane Veronica s'avère très prometteuse en fin de tome, on attend de voir ce que donnera Angelo le jeune apprenti qu'Arte rencontre, et on reste intrigué par l'évolution que connaîtra la famille de notre héroïne. De plus, dans les tomes 5 et 6, le récit s'exporte à Venise ce qui renforce la beauté des décors et le côté artistique de l’héroïne.

Portée par la verve de son héroïne, la narration se veut très rythmée et emballante, et l'histoire évolue déjà beaucoup dans ce premier volume. La mise en place est d'ailleurs rapide, et la plupart des événements pourront paraître rapides, voire un peu faciles, par exemple dans la façon dont Arte passe rapidement d'apprentie à assistante, ou dans la manière dont elle obtient son premier vrai travail en fin de tome. Pourtant, cette rapidité ne gêne en rien, car elle reste bien huilée par l'auteure qui sait ici trouver un bon équilibre, parvenant à développer les différentes étapes sans rallonger les choses.

Visuellement, on peinerait presque à croire qu'Arte est la première série de Kei Ohkubo, tant l'auteure délivre des planches d'une très grande richesse. Les fonds urbains de la ville florentine, avec leurs bâtiments typiques, sont croqués avec détails et précision, les intérieurs fourmillent de choses, les rues sont joliment animées par les habitants et par les décors (notamment en période de marché et de carnaval), les costumes regorgent de motifs... C'est un bonheur pour les yeux, auquel il faut ajouter un design de personnages aussi efficace qu'expressif malgré quelques irrégularités sur la proportion des visages. Dans le même registre, on est encore assez loin de la quasi-perfection d'une Kaoru Mori sur Bride Stories, mais pour une première série Ohkubo épate et a tout pour s'imposer en très grande dessinatrice si elle continue de peaufiner son style déjà extrêmement plaisant.

Rappelant Cesare pour son cadre historique de la Renaissance, Bride Stories pour la passion qu'affiche l'auteure dans les dessins riches, et Gisèle Alain pour le charme de femme forte qu'affiche l'héroïne, Arte, dès ce premier tome, se présente comme une uchronie totalement prenante, qui a toutes les cartes en mains pour s'imposer comme une excellente trouvaille.

L'édition est dans les standards de Komikku : couverture épaisse et soignée (on appréciera le vernis sur l'héroïne), papier de bonne qualité, traduction très fluide... cette dernière pourrait choquer un peu de par l'usage de plusieurs expressions ne collant pas avec l'époque, mais cela ne fait que renforcer le côté rebelle d'Art


" L'essentiel est invisible pour les yeux, seul le cœur voit bien"


ARTE Saint_16
Amaryllis
Amaryllis

Féminin Bélier Messages : 3300
Date d'inscription : 15/06/2018
Age : 38


En ligne

Revenir en haut Aller en bas

ARTE Empty Re: ARTE

Message par Téhiya le Dim 24 Mar - 15:07

Ha je connais pas du tout !

Je n'avais pas vu ce sujet désolée ARTE 841795743
Je dois dire que l'on sent bien que ce manga t'a énormément touché !
Et tu donnes vraiment envie de le lire ARTE 2200368017
Il est toujours en cours ?

Merci pour cette belle découverte !


ARTE TeJ1Hk8
Téhiya
Téhiya

Féminin Vierge Messages : 5250
Date d'inscription : 01/11/2017
Age : 38
Localisation : Sur un cerisier en fleurs !


Revenir en haut Aller en bas

ARTE Empty Re: ARTE

Message par Amaryllis le Lun 25 Mar - 12:10

Oui le manga est toujours en cour, les tomes sortent assez lentement ... En France on doit en être au tome 9 ou 10 ...

je suis passionnée d'histoire alors ça m'a plu d'autant plus que le manga est soigné.


" L'essentiel est invisible pour les yeux, seul le cœur voit bien"


ARTE Saint_16
Amaryllis
Amaryllis

Féminin Bélier Messages : 3300
Date d'inscription : 15/06/2018
Age : 38


En ligne

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit